L’opposition retrouve de la voix

Article La Dépêche du midi – Publié le 23/01/2015

L’opposition retrouve de la voix

Dix mois après l’échec subi à l’élection municipale de la mairie de Gaillac qui les a vus basculer de la majorité dans l’opposition, les élus de gauche de la liste menée par Michèle Rieux tenaient une conférence de presse, hier. Autour de l’ancienne maire de la ville, Jean Batayou, Alain Hortus et Chantal Causse.

Avant de s’exprimer sur la nouvelle gestion municipale, Michèle Rieux est revenue, avec sincérité, sur la défaite de mars 2014 : «Nous n’avons pas été assez présents sur le terrain durant ces six années de mandature. Nous avons pêché par défaut de communication. Nous étions pris par les dossiers que nous menions et notre campagne a manqué d’explication et de pédagogie».

Une erreur que les membres de la liste ne veulent pas rééditer. Ils se sont formés en association avec la création d’un blog baptisé «Avecvous-pourgaillac.com». Mais c’est auprès des citoyens gaillacois que la gauche socialiste va devoir partir en reconquête. Car jusque-là, elle est restée assez silencieuse laissant le parti de gauche et le FN s’installer dans l’opposition. «Les troubles liés à Sivens ont un peu compliqué les choses», énoncent Jean Batayou et Chantal Causse. Mais selon eux, le silence de l’opposition est aussi dû à la faiblesse des propositions de la majorité. «On ne voit pas apparaître de projets et de perspectives pour Gaillac. Si ce n’est la poursuite des dossiers engagés par la précédente municipalité».

Absence de documents pour le débat

Mais surtout l’opposition pointe du doigt «la volonté de ne pas mettre en place un débat démocratique. Les commissions municipales ne servent à rien faute de documents.» Et de citer à titre d’exemple, le plan de circulation qui doit être présenté aujourd’hui, à 19 heures, au conseil municipal. «Nous n’avons jamais réussi à obtenir le rapport du bureau d’études sur ce sujet. Alors comment débattre de la qualité de l’option qui sera choisie par la majorité», s’interroge Jean Batayou. Et il en est de même avec le plan local d’urbanisme. «Nous avons des adjoints au maire qui sont absents des commissions notamment au sein de l’intercommunalité et dans les commissions municipales, ils ne participent pas. Seul le maire et les services municipaux s’expriment», renchérit Chantal Causse.

Jean Batayou enfonce le clou : «Patrice Gausserand a construit son programme sur des crispations, mais ou est la vision pour la ville de Gaillac».

Une attaque qui ne devrait pas rester sans réponse du maire, dès ce soir. Février pourrait être un mois bien moins silencieux également avec pas moins de trois conseils municipaux prévus par Patrice Gausserand.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>