CONSEIL MUNICIPAL DU 8 DECEMBRE 2015

Intervention du groupe d’opposition « Avec Vous Pour Gaillac » sur un point de l’ordre du jour : Consultation de la commune de Gaillac pour le projet de schéma départemental de coopération intercommunale.

LE MAIRE PERSISTE A CASSER CE QUI MARCHE !

 

Ce soir lors du conseil municipal de Gaillac, le maire de Gaillac, Patrice Gausserand, et son équipe s’entêtent et décident de nouveau de voter contre le schéma de fusion intercommunale (bien qu’à l’Assemblée nationale le groupe UDI ait voté la loi « Notre » qui est ici appliquée).

 

Maintien de leur position déraisonnable !

Le maire maintient son idée que Gaillac doit quitter Tarn et Dadou et que cela n’aura aucune incidence financière pour les citoyens ! Pour réemployer son propos, nous dirons « foutaise » (selon le vocabulaire du maire de Gaillac!) car si les 3 communautés de communes fusionnaient l’évolution fiscale serait de 8€ par foyer (selon les chiffres incontestés du bureau d’études KPMG), alors que la solution proposée par Patrice Gausserand ferait augmenter la fiscalité par foyer de 106€ (toujours selon KPMG) pour les Gaillacois et les contribuables de Vère Grésigne-Pays Salvagnacois, sans aucune garantie de maintien du niveau de services.

 

Il affirme qu’un territoire (fusion de toutes les communautés de communes du Pays vignoble Gaillacois Bastide Val Dadou) avec 100 élus serait ingouvernable. Est ce que le nombre de délégués empêche le Pays vignoble gaillacois, Bastides et Val Dadou de fonctionner, ou l’agglo d’Albi ? Nous dirons « Foutaise » !

 

Il affirme qu’accueillir 84 agents de Tarn et Dadou en cas de séparation, ne pose aucun problème. Sauf que cela représente une augmentation de l’ordre de 38% des effectifs communaux et oblige à organiser entièrement de nouveaux services. « Foutaise encore » !

 

Par ailleurs, il affirme que le territoire Cordais a bénéficié de complaisance (« Monsieur le Préfet a accordé des passe-droits au plateau cordais » dixit en séance du conseil municipal), alors que notre « caliméro » local se voit imposer un grand territoire : cela pourrait lui coûter sa place de vice-président et l’empêcher d’accéder à des fonctions de président, c’est manifestement important pour lui, mais est ce la priorité pour nos concitoyens ?

 

Mais ce qu’il faut comprendre, c’est que si notre maire n’avait pas mis le « bazar », il est probable que le préfet aurait proposé à Gaillac une solution avec un périmètre moins large que celui du Pays, optant ainsi pour un rapprochement plus progressif des 3 communautés actuelles.

 

C’est l’agitation de notre maire qui a probablement conduit le préfet à cette proposition, la seule qui ne rompt pas l’équilibre et la solidarité entre nos territoires.

 

  • N’est-il pas préférable que les élus construisent des projets de territoire plutôt de casser ceux patiemment, démocratiquement et solidairement bâtis par leurs prédécesseurs?
  • N’est-il pas préférable que les élus repensent un territoire pour les citoyens et non pas pour des convenances électorales personnelles, surtout quand ils s’avouent incapables à travailler sur une large échelle territoriale à forts enjeux sociaux et économiques ?
  • N’est-il pas préférable que les élus réfléchissent à améliorer les services et équipements actuels pour mieux satisfaire les citoyens, pour mieux accompagner l’économie locale, plutôt que de s’employer à défaire ce qui marche bien avec l’illusion de pouvoir mieux faire dans son coin ?

 

La division n’amène rien de bon et compromet l’avenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>